Portfoliobeta

A propos

Je m'appelle Thierry GOGUET et j'ai 43 ans.

De formation (info)graphiste, j’ai aussi appris de manière autodidacte à maîtriser le multimédia. Passionné par le monde du web et ses dérivés, depuis plus de 15 années, ainsi que par la NTIC et le design, j’essaie d’être le plus polyvalent possible.

J’ai aussi su me forger une expérience de formateur adaptable à différents niveaux et diverses matières informatique (graphisme, internet, informatique large, utilisation de périphériques externes divers…).

Pendant mon temps libre, j’utilise mon savoir-faire, mes idées créatives et ma passion pour la musique à la réalisation de mix musicaux de styles variés. Et quand je n’ai pas le nez dans la musique, je dévoue mon temps à une autre grande passion : les bouquins de SF et les magazines scientifiques/explicatifs.

A force de lecture et par envie de passer de « l’autre coté », je me tente à l’écriture de nouvelles, textes et réflexions en tout genre que vous pourrez découvrir sur mon blog (lien ci-dessous).

Pour me contacter

Utilisez le formulaire dédié ou téléphonez moi au [+33]6.51.92.92.70.

Travaux

Motivation

Fort de plus de 10 années d’expériences dans le graphisme, dument récompensées en 2006 par l’obtention d’un BTS Intégrateur Multimédia (mention TB), j’ai su de manière autodidacte élargir mes connaissances à l’aide d’internet et de divers livres dédiés. Cette expérience dans le graphisme et le webmastering, ainsi que mes aptitudes à la formation m’ont apporté le savoir-faire nécessaire à la gestion de projets (de la conception à la réalisation), au travail en collaboration avec des clients privés et professionnels (que l’on sait souvent exigeants et pointilleux). La formation et le service au client m’ont également appris patience, rigueur, ponctualité, autonomie, organisation, créativité et réactivité.

Plutôt dynamique et motivé, je suis capable de m’adapter rapidement, et suis disposé à suivre toutes formations complémentaires qu’une entreprise jugera nécessaire pour son bon développement.

Le média internet, le design et le graphisme sont une passion autant qu’un travail et c’est avec plaisir que j’apprends sur les nouvelles évolutions techniques et/ou technologiques, et à trouver de nouvelles solutions dans le but de mener à bien un projet.

Certain que ces quelques éléments ne peuvent vous convaincre complètement, je reste à votre disposition au numéro ou formulaire ci-dessous.

Pour me contacter

Utilisez le formulaire dédié ou téléphonez moi au [+33]6.51.92.92.70.

Textes

idées en vrac

J'écris de petits (ou longs) textes au gré de ma fantaisie ou de mes envies.

Vous pouvez les retrouver ici :

Paradis Universel

Paradis Universel

Mort

 

Marie est une petite fille de dix ans. Toujours pleine d’entrain et rieuse, elle ressemble à une poupée vivante. De grands yeux verts, les cheveux blonds un peu bouclés, des joues généreuses et un peu rosées, la peau douce et nacrée. Elle est comme toutes les autres petites filles de son âge, à un écart prêt, elle est atteinte de leucémie aiguë lymphoblastique.

Depuis le début de ce mois de Décembre, son état s’est empiré. Malgré tout, Marie reste très courageuse et écoute avec attention les contes que son père lui raconte tous les soirs. Cette année, elle a décidé d’écrire au Père Noël pour lui demander un seul et unique cadeau : le bonheur de ses parents pour toute leur vie…

 

Extrait du journal local du 26 décembre :

Cette année, le 24 décembre, vers 23 heures, une  fillette a été déclarée cliniquement morte à l’hôpital Sainte Anne à la suite d’une leucémie…

 

Rencontre

 

L’instant de cligner des yeux, elle se retrouva dans un lieu baigné de lumière douce et légèrement irisée. Elle était seule, tout du moins au premier abord, dans cet endroit à l’horizon interminable, sans aucun obstacle. Jamais elle n’avait été dans un endroit pareil. La clarté provenait de partout et nulle part à la fois, pas vraiment forte, mais pas vraiment faible non plus. Que faire ? Avancer tout droit se dit-elle, et elle se mit en marche, au hasard : « je finirais bien par trouver quelqu’un ! ». Au bout d’un moment, elle aperçu une forme à l’horizon, qui semblait venir vers elle, mais rien n’était moins sûr dans ce coin où l’on avait l’impression de marcher sur une boule lisse, sans fin et sans ciel. L’ombre se rapprochait, elle en était certaine maintenant, mais bizarrement, elle n’avait pas peur.

Devant elle, se dressait un être en forme d’homme, nu, asexué et glabre, la peau couleur ivoire, les yeux d’un bleu profond, presque lumineux et pourvu de deux sortes d’ailes dans le dos, de consistance gazeuse, ondulant selon un schéma complexe de spirales s’entrecroisant incessamment.

Conscience

 

« Bonjour Marie, mon nom est Yrreiht. Je viens à toi pour t’accueillir ici, au Paradis Universel et pour t’attribuer ta réorientation » dit-il, le regard perçant et le sourire aimable.

« Bonjour Monsieur… »

« Suis-moi… » Poursuivit-il doucement en lui prenant la main, et ils se mirent en route.

« - Vous êtes un ange ?

- Oui, tout a fait et je suis chargé, comme je te l’ai dit en arrivant, de réorienter les âmes…

- Ça veut dire que je suis morte ?

- Ton corps est mort, mais pas toi puisque tu es avec moi en ce moment.

- Et je ne reverrais plus Maman et Papa ?

- Je ne crois pas, à moins d’une coïncidence lors de la réorientation, mais tu ne te souviendrais plus d’eux alors.

- Pourquoi ?

- Parce que c’est ainsi. Si tu devais te réincarner en un être humain et te retrouvais à côtoyer tes anciens parents, tu ne les reconnaîtrais pas car entre maintenant et cette réincarnation, tes souvenirs seraient effacés afin de permettre un nouveau cycle de vie normal.

- J’ai rien compris… Moi, je ne veux pas les oublier ! Je ne veux pas être réor…machin chose ! Je dois dormir et toi, tu dois être dans le conte que papa est en train de me raconter… Papa est très gentil, il me raconte des histoires tous les soirs ! Maman aussi est gentille, elle m’amène des bonbons et des fleurs. Et puis il y a Monsieur Chavin, le docteur… Je suis vraiment morte ? Le Père Noël n’aura pas ma lettre ? »

Yrreiht ne savais pas quoi répondre. D’habitude, les âmes n’étaient pas si loquaces, elles posaient certes beaucoup de question sur le chemin, demandaient où elles allaient et comment tout ceci finirait, ce qui les attendait, ou bien se lamentaient sur leur sors, l’implorant de leur laisser revoir au moins une fois – la dernière – les êtres qui leur étaient chers afin de leur dire au revoir, ce à quoi il répondait presque toujours la même chose, le même discours. Puis arrivait le moment où la réorientation avait lieue, c’était à lui de décider où et quand, sans justification. C’était ça sa mission, accueillir, écouter, apaiser et réorienter. Jamais il n’avait eu le moindre sentiment, jamais il n’avait été influencé. Il faut préciser qu’il possède ceci de particulier : il communique en permanence avec La Conscience. C’est elle l’être suprême, le savoir ultime et millénaire, elle qui fait et défait, et cela, partout à travers le cosmos. Il ne prend jamais de décisions seul, ça n’est même pas concevable, c’est ainsi.

« - Qui est le Père Noël ?

- Quoi ?! Tu ne connais pas le Père Noël ?!

- Non, qui est-ce ?

- C’est un vieux et gros monsieur habillé en rouge et blanc qui donne des cadeaux aux enfants qui ont été sages toute l’année. Il vient avec son traîneau tiré par des rennes le soir de Noël. C’est pour ça qu’on lui a donné ce nom là. Mais si t’as pas été sage, pas de cadeaux ! Maman et papa m’ont dit que j’avais été sage et très courageuse cette année, et que donc, si j’envoyais une lettre au Père Noël avec ma liste de cadeaux dessus, je pourrais les avoirs ! Toi, si tu connais pas le Père Noël, c’est que t’as jamais été sage ?

- Sage ?

- Oui ! Sage ! Gentil quoi… tu connais rien toi hein ! Tu me dis des tas de mots que je comprends pas, et tu sais même pas ce que c’est qu’être sage. Mais peut-être que les anges sont toujours trop sages, et que du coup, le Père Noël ne leur donne pas de cadeaux parce que ça serait pas juste pour les autres, vu qu’ils n’ont pas d’efforts à faire toute l’année, comme nous.

- Peut-être, en effet… »

Yrreiht était désarçonné devant cette âme-ci. Qui pouvait donc être ce Père Noël qui distribuait des cadeaux dans un traîneau tiré par des rennes ? Est-ce qu’il pouvait se considérer comme gentil ? Devrait-il avoir droit, lui aussi, à des cadeaux ? Fallait-il remplir une condition spéciale, était-ce attribué selon les même critères qu’une réorientation ?

Pendant qu’il songeait à la multitude de questions sonnants à son intellect, il ne se rendit pas compte tout de suite que La Conscience s’éloignait, que le lien s’amincissait entre elle et lui. Jamais il ne s’était vraiment posé de questions sur lui-même. Ce qu’il fait, il le fait, point, c’est ainsi.

« - … du chocolat et enfin une poupée. Mais maman surveillait le choco, parce que je dois faire attentio…. Hé !! Tu m’écoutes ?!

- Ou… oui… »

Incroyable. C’était la toute première fois qu’il n’avait pu penser et écouter en même temps. Et ce fut à ce moment là qu’il réalisa que La Conscience n’était plus avec lui… Ou plutôt qu’il n’était plus avec Elle… Quel choc ! Il se sentait vide et seul. Un sentiment… Il ressentait un sentiment… Encore une première ! Et tout s’enchaîna en un éclair. Une vague d’inconnu déferlât en lui… Ses ailes passèrent par toutes les couleurs de l’arc-en-ciel, les vrilles multicolores s’enchevêtrèrent en dessins complexes et lumineux.

« - Qu’est ce qui t’arrive ! Tu es malade ?

- Je… J’ai des sentiments… Je n’ai jamais ressenti…

- Tu n’as pas de sentiments ?

- Non… Pas au sens où tu l’entends…

- Pas de sentiments, pas de cadeaux… Je ne voudrais pas être à ta place hein ! J’ai une idée !! Est-ce que tu as un peu de temps avant de me réortruc ?

- Le temps n’a pas cours ici, il ne s’écoule pas de la manière que tu connais…

- Très bien ! Si on allait voir le Père Noël ? Comme ça, tu pourrais faire sa connaissance, et pis moi, je pourrais lui donner ma demande de cadeau ! Qu’est ce que t’en penses ? »

Marie regardait droit dans les yeux l’ange qui la toisait. Son visage se fendait d’un large sourire qui montrait presque toutes ses dents. Elle irradiait le bonheur de la spontanéité que seuls les enfants savent faire paraître.

Yrreiht s’était calmé, si toutefois on peut utiliser ce terme pour un ange, et ses ailes avaient retrouvées leur couleur vaporeuse d’avant.

« - Je ne sais pas si…

- Alleeeeeeeeeeeeer ! »

Beaucoup de choses étaient encore sans dessus dessous en lui. Que faire ? La Conscience n’était plus là pour l’orienter dans ses choix, du moins pour le moment. Ce petit esprit attendait une réponse. Pourquoi ne pas accéder  à sa requête après tout, peut-être était-ce une épreuve ou une nouvelle méthode de réorientation à apprendre.

« - En effet, pourquoi ne pas essayer.

- Ouaiiiiiiis ! Pis tu vois, si ça se trouve, tu seras peut-être le premier ange à avoir un cadeau !

- Peut-être… Dis moi, où habite le Père Noël ?

- Au Pôle Nord ! »

Voyage

 

Pieds nus dans la neige, Marie s’étonna de ne pas sentir le froid. Elle s’étonna aussi de ne pas laisser de traces. C’est comme si elle était là sans être là, et pour elle, c’était très déstabilisant.

« - Yrr… heu…

- Yrreiht

- Oui, Yrreiht… Je peux te poser une question ?

- Tu viens de le faire. Mais tu peux en poser une autre si tu le désires.

- Arrête de me dire des trucs que je comprends pas ! Bon, je pose ma question…

- Oui

- Est-ce que je peux attraper des choses avec mes mains ?

- Pas dans l’immédiat. Tu le voudrais ?

- Oui, s’il te plait… »

Marie rougit à ces mots, mais Yrreiht ne le vit pas. A peine put-elle utiliser ses mains qu’elle s’empara d’une boule de neige qu’elle balança dans la figure d’Yrreiht, écrasé de surprise – et surtout plein de neige. En voyant la mine déconfite de son ange, elle se mit à rire aux éclats, replongea les mains dans la neige et renouvela un tir. Mais cette fois, l’ange esquiva, et en profita pour, lui aussi, confectionner une belle boule qu’il envoya derechef au nez de Marie.

« - T’as pas le droit toi !!!! T’es un ange ! Les anges ne jouent pas ! Moi, ça me fait rire, mais toi, regarde, tu ne ris même pas ! Et pis t’es plus grand, c’est pas juste ! »

Au même moment, elle en pris une deuxième dans le cou. S’en suivi un mémorable bataille de neige. Peut-être même la première de l’histoire terrienne entre une âme humaine et un ange du premier cercle.

« - Où peut-on trouver ton Père Noël Marie ? Nous avons quadrillé tout le Pôle Nord, et nous ne l’avons pas trouvé.

- Je ne sais pas… Quel jour on est sur Terre ?

- Le soir du 24 Décembre.

- J’ai une autre idée… Peut-être que tu pourrais me ramener chez moi, dans ma chambre… Il passe la nuit déposer ses cadeaux au pied du sapin qui est dans le salon. Il entre et sors par la cheminée, mais j’ai pas le droit d’être là, parce que mon papa dit que sinon, il vient pas… Mais si on l’attend dans ma chambre, on entendra sûrement les clochettes accrochées à ses rennes, et tu pourras aller le voir toi, puisque tu n’es pas un enfant ! Je te donnerais ma lettre pour que tu lui donnes et en même temps, tu pourras le rencontrer et lui parler ! Qu’est ce que t’en penses ?

- ça m’a l’air d’être une bonne idée. »

 

Rencontre

 

Au milieu des jouets, Marie et Yrreiht attendaient. Tout en lui montrant ses jouets divers et variés, ils discutaient, comme deux enfants. La maison était calme, les parents de Marie n’étaient pas là, quand soudain, un bruit métallique résonna au loin. Plus il se rapprochait, plus il était mélodieux. Des clochettes ! Nos deux héros se mirent à chuchoter…

« - Yrreiht… Je crois que c’est lui ! Quelle heure il est ici ?

- Minuit

- C’est lui j’te dis ! J’ai entendu Christophe en parler une fois à la récré ! Il disait que le Père Noël passe toujours à minuit pile !

- Christophe ? Récré ?

- C’est un copain de ma classe, l’an dernier, avant que je rentre à l’hôpital, et laisse tomber pour la récré, je t’expliquerais plus tard… c’est trop compliqué pour toi ! Vite !!! Tient, voilà ma lettre… Viiiite ! Tu vas dans le salon, près du sapin, et surtout, t’oublie pas de lui donner hein !

- Ne t’en fais pas, je n’oublierais pas. Comment dois-je l’appeler ?

- Ben Père Noël ! T’es idiot toi des fois… Dépêche-toi ! »

Arrivé dans le salon, Yrreiht se campa près du sapin, comme l’avait suggéré Marie. Mais rien ne se passait. Il regardait la cheminée fixement, un étrange sentiment en lui, comme si l’air était électrique.

Puis de la suie se mit à tomber… Par grains au début, puis par volute de fumée ensuite. Il sentait ses ailes crépiter dans son dos. Puis d’un coup, se tint devant lui un grand-père d’allure ventrue, la barbe blanche immaculée, le teint un peu rougeaud. Il était tout de rouge vêtu, sauf aux extrémités ornées de fourrure blanche.

« - HO HO HO ! Mais qui vois-je là… C’est Yrreiht, l’ange passeur d’âmes ! Comment vas-tu ?

- Vous… Vous me connaissez ?! Comment…

- Ah mais oui je te connais ! Je suis moi aussi issu de La Conscience ! J’ai pour charge l’enfance de toutes les races de tous les mondes de l’univers. Je revêts plusieurs noms, je suis de beaucoup de légendes enfantines et dans le cas de Noël, je satisfais les demandes de cadeaux des enfants qui ont été sage durant l’année qui vient de s’écouler. J’ai parfois de drôles de souhaits et un jour, en contentant l’un d’eux, j’ai appris ton existence.

- Ah… je… Je cherche des réponses Père Noël.

- Oui, je sais ça aussi. Mais ne t’en fait pas, tu trouveras les réponses par toi-même, plus tard. Ces réponses doivent être trouvées personnellement, par l’expérience. Aujourd’hui, tu as découvert une nouvelle façon d’appréhender les choses, c’est nouveau et ça te stimule d’une manière inconnue pour toi, mais tu apprendras à gérer les sentiments – nouveau pour toi.

- Mais… Vais-je retrouver La Conscience ?

- Tu ne l’as pas perdue ! Elle est toujours là, à veiller sur toi, mais détournée de ton écoute par tes sentiments nouveaux, tu ne l’écoutes plus. Quand tu auras appris à maîtriser ce que tu vis, tout sera naturel. Et ne t’en fait pas, c’est très rapide !

- Je vous remercie Père Noël, je souhaiterais vous recroiser un jour…

- Ton vœu sera exaucé ! Même les anges y ont droit ! Mais ils ignorent la notion de cadeau et ne souhaitent donc jamais rien, d’où l’absence de présents.

- c’est logique en effet. Ah… j’oubliais presque, j’ai une lettre pour vous, de la part de Marie, une fillette qui vivait ici avant son décès. »

Le Père Noël se saisi de la lettre, l’ouvrit et la lut. Un large sourire éclaira son visage…

« - Accordé ! »

Renaissance

 

De retour dans la chambre, Marie questionna en rafale l’ange. Celui-ci répondit à toutes les questions avec la patience de ceux qui ne connaissent pas le temps s’écouler. Puis vint le moment fatidique du retour. Au Paradis Universel, nos deux protagonistes se retrouvèrent à nouveau main dans la main, marchant nonchalamment.

« - Yrreiht ?

- Oui ?

- Puis-je te faire un cadeau pour Noël ?

- Ah ? C’est l’usage de se faire des cadeaux pour cette date ? Le Père Noël n’est pas le seul à en faire ?

- Non ! Chacun peut en faire aux gens qu’il aime ! Et moi, je t’aime beaucoup Yrreiht !

- Alors j’accepte ton cadeau avec plaisir.

- Penches toi vers moi… »

Et Marie fit un énorme baiser sur la joue de l’ange qui sentit de drôles de picotements sur ses joues.

« - Qu’est ce que c’est ?

- On appelle ça un bisou ! Maman m’en fait toujours plein ! Elle m’énerve parfois… Mais j’aime bien quand même.

- Marie, j’entends à nouveau La Conscience !

- C’est quoi ça, La Conscience ?

- Quelque chose que tu ne peux pas comprendre aujourd’hui… Et nous avons décidé de te faire nous aussi un cadeau pour Noël !

- Chic ! C’est quoi ? C’est quoi ? C’est quoi ?! »

Sur ce, Yrreiht se mit à genou.

« - Penches toi vers moi… »

 

Quand elle rouvrit les yeux, Marie était dans son lit d’hôpital, ses deux parents autour ne cessaient de pleurer, accompagnés de trois infirmières et deux docteurs affairés et agités. Des larmes fleurissaient dans son regard émeraude, un très large sourire au lèvre découvrant toutes ses dents…

 

Extrait du journal local du 26 décembre :

…, peut-être est-ce dû à la magie de Noël, mais elle est revenue à la vie à minuit complètement guérie. Miracle ?



Ziks

Des mix !

Je suis un passionné de musique(s) et, dans ce but, je réalise des petits mix.

Au départ, ces derniers m'étaient uniquement destinés. Puis, au fur et à mesure que des ami(e)s les écoutaient, ce passe-temps à pris de l'ampleur pour en arriver au niveau actuel.

Vous pouvez les retrouver ici :

http://zik.demezathor.fr

Vous pouvez écouter le dernier mix en date :

#135 – Soleil Mix
Style :

Contact

N'hésitez plus !

Merci !