Portfoliobeta

A propos

Je m'appelle Thierry GOGUET et j'ai 43 ans.

De formation (info)graphiste, j’ai aussi appris de manière autodidacte à maîtriser le multimédia. Passionné par le monde du web et ses dérivés, depuis plus de 15 années, ainsi que par la NTIC et le design, j’essaie d’être le plus polyvalent possible.

J’ai aussi su me forger une expérience de formateur adaptable à différents niveaux et diverses matières informatique (graphisme, internet, informatique large, utilisation de périphériques externes divers…).

Pendant mon temps libre, j’utilise mon savoir-faire, mes idées créatives et ma passion pour la musique à la réalisation de mix musicaux de styles variés. Et quand je n’ai pas le nez dans la musique, je dévoue mon temps à une autre grande passion : les bouquins de SF et les magazines scientifiques/explicatifs.

A force de lecture et par envie de passer de « l’autre coté », je me tente à l’écriture de nouvelles, textes et réflexions en tout genre que vous pourrez découvrir sur mon blog (lien ci-dessous).

Pour me contacter

Utilisez le formulaire dédié ou téléphonez moi au [+33]6.51.92.92.70.

Travaux

Motivation

Fort de plus de 10 années d’expériences dans le graphisme, dument récompensées en 2006 par l’obtention d’un BTS Intégrateur Multimédia (mention TB), j’ai su de manière autodidacte élargir mes connaissances à l’aide d’internet et de divers livres dédiés. Cette expérience dans le graphisme et le webmastering, ainsi que mes aptitudes à la formation m’ont apporté le savoir-faire nécessaire à la gestion de projets (de la conception à la réalisation), au travail en collaboration avec des clients privés et professionnels (que l’on sait souvent exigeants et pointilleux). La formation et le service au client m’ont également appris patience, rigueur, ponctualité, autonomie, organisation, créativité et réactivité.

Plutôt dynamique et motivé, je suis capable de m’adapter rapidement, et suis disposé à suivre toutes formations complémentaires qu’une entreprise jugera nécessaire pour son bon développement.

Le média internet, le design et le graphisme sont une passion autant qu’un travail et c’est avec plaisir que j’apprends sur les nouvelles évolutions techniques et/ou technologiques, et à trouver de nouvelles solutions dans le but de mener à bien un projet.

Certain que ces quelques éléments ne peuvent vous convaincre complètement, je reste à votre disposition au numéro ou formulaire ci-dessous.

Pour me contacter

Utilisez le formulaire dédié ou téléphonez moi au [+33]6.51.92.92.70.

Textes

idées en vrac

J'écris de petits (ou longs) textes au gré de ma fantaisie ou de mes envies.

Vous pouvez les retrouver ici :

Ode à la trentaine heureuse

Ode à la trentaine heureuse

La vie s’écoule paisiblement lorsque l’on a trente ans. L’oiseau s’est envolé du nid, il a un travail, un logement, une femme qu’il aime et peut-être même un ou des enfants. Les grands-parents aiment à venir les visiter le week-end ou bien nous aimons aller manger avec eux pour faire un brin de causette, avec à l’esprit que ce que l’on vit aujourd’hui ne sera plus valable demain, que toutes les bonnes choses ont une fin.

Pour ma part, c’est vrai dans un sens, et faux dans l’autre. J’ai pris conscience il y a quelques temps que mes parents ne seraient pas éternels, que j’avais déjà passé beaucoup d’années loin d’eux depuis longtemps, que jamais je n’avais réellement pris le temps de discuter autour d’un verre, d’un repas, d’un café. Qu’attendent-ils de la vie maintenant ? Y aurait-il de bons conseils à distiller pour leur rejeton ? Les écouter, et deviner ce que je pourrais à mon tour leur apporter, accumuler une tonne de souvenirs avant qu’il ne soit trop tard, car nous aussi aujourd’hui on trouve que le temps passe vite, nous aussi on se dit qu’on n’aura jamais assez d’heures et de jours pour faire tout ce que l’on aurait aimé, pour sa famille, ses amis et soi-même.

Mais il est des périodes où tout s’emballe, où le plaisir devient cauchemar, où les ennuis se succèdent les uns aux autres. Ce qui me révolte aujourd’hui, c’est d’être confronté à tout ça, et ce, depuis des années déjà.

Je ne gagne pas (ou tout juste) de quoi payer mes factures quotidiennes. Alors que fait-on dans ces cas là ? On se tourne vers les administrations sociales qui sont censées être là en cas de coup dur.

Seulement, en ces temps avancés du XXIème siècle, il ne fait pas bon d’être trentenaire, seul, indépendant avec entre 800€ (actuellement) et 1000€ (l’an dernier) de revenus par mois. Car voyez vous le paradoxe, c’est que pour des aides au logement, vous touchez trop. Pour les aides sociales, vous touchez trop aussi (le barème personne seule/avec des revenus joue en votre défaveur). Par contre, pour payer votre loyer, vos factures, vous ne touchez pas assez. Pour quitter votre logement et en retrouver un autre moins cher, idem (même si le CIL est là pour vous aider).

Alors comment faire en fin d’année, lorsque tout s’accumule, qu’entre les mois de décembre et janvier arrivent la taxe d’habitation, d’ordures ménagère (lorsque l’on est en appartement), les régularisations EDF et GDF, Noël, etc… ?

Comment faire lorsque vous expliquez aux gens que vous avez au téléphone que vous voulez étaler les payements et qu’ils refusent, comment faire pour qu’ils comprennent qu’avec moins de 29€ par jour (vous ne rêvez pas non) ça risque d’être dur ?

Comment doit-on s’y prendre pour faire comprendre aux administrations sociales que l’aide, on en a besoin maintenant, parce que notre salaire ne nous permet plus de vivre décemment aujourd’hui, que ce n’est pas sur la base de nos revenu de 2 ans auparavant qu’il faut partir pour accorder ou pas l’aide, mais qu’il faut bel et bien étudier certains cas en particulier ?

Comment ne pas exprimer son indignation, lorsque l’on n’atteint pas les 1000€ par mois, de ne pas pouvoir travailler pour des petites missions pour augmenter son niveau de vie ? En effet, pour l’administration qui gère votre allocation de non travailleur, soit vous travaillez à temps complet pour augmenter votre niveau de vie (mais en ces jours troublés, c’est un peu plus facile à dire qu’a faire), soit ce que vous allez travailler (dans la limite de 110h/mois et/ou 70% de votre salaire de référence) vous sera déduit de l’allocation que vous toucherez le mois suivant. N’est ce pas un système pervers qui n’encourage absolument pas à travailler ? Pourquoi un demandeur d’emploi rémunéré 850€/mois au chômage irait travailler autrement qu’a plein temps pour toucher exactement la même somme, voir moins, payer des impôts dessus et risquer de ne plus se faire aider ailleurs ? Pourquoi un demandeur d’emploi qui voudrait créer son entreprise irait travailler alors qu’il sait que ça lui ôtera toute chance d’obtenir la précieuse ACCRE (Aide aux Chômeurs Créateurs Repreneurs d’Entreprise) sans laquelle il ne pourrait pas bénéficier du très gros allègement des charges sociales de sa future entreprise la première année ?

Être trentenaire aujourd’hui, c’est se sentir abandonné, c’est avoir un moral d’acier, c’est vivre tous les mois en se demandant à quelle sauce on va être mangé le mois suivant, c’est requérir l’aide parentale (pour ceux qui le peuvent) tout au long de l’année.

Et l’on s’étonne de voir les jeunes (et les autres) télécharger de la musique, des films, des jeux, des logiciels illégalement, mais à aujourd’hui, il est encore des gens qui ne mangent qu’une fois par jour !

Il est des gens pour qui les stars, la télé et les associations ne se déplacent pas. Des gens comme moi, qui gagnent de l’argent, qui vivent sous un toit chauffé, qui ont des parents et qui n’ont droit à rien.

Il faudrait que je m’estime heureux, moi au moins je mange, moi au moins je dors dans un lit, moi au moi j’ai chaud, moi au moins j’ai de l’argent qui tombe tous les mois, moi au moins j’ai de la famille, moi au moins j’ai le confort de la vie moderne, une télé, un téléphone portable avec abonnement, internet, un four micro-ondes, un ordinateur, la liste n’étant pas exhaustive.

Mais moi, je suis chômeur. Tous le monde me demande si j’envoie des CV, si je fais des lettres de motivation, si j’essaye de m’en sortir, comme si j’aimais cette situation délabrée, comme si j’aimais ne plus dormir à cause des soucis, comme si j’aimais rester chez moi sans jamais sortir, comme si j’aimais dépenser uniquement 40 à 50€ de courses par mois, comme si j’aimais être obligé de me battre constamment pour étaler mes paiements, comme si j’aimais être obligé d’expliquer ma vie et entendre les gens me plaindre à chaque fois (mais ça ne m’aide pas beaucoup finalement), comme si j’aimais ne pas pouvoir faire de projets, même à court terme, comme si j’aimais être obligé de trouver des excuses pour ne pas retrouver les amis au restaurant ou au bar.

Il est des jours, comme celui-ci, où la révolte me submerge, où ça m’agace de voir que l’on aide des squatteurs à se reloger alors que l’on ne me donne même pas 10€ d’aide au logement sous prétexte que j’ai trop gagné il y a 2 ans ! Où ça m’agace d’être obligé de refuser du travail en extra le week-end pour ne pas que l’on me pénalise sur mes allocations de 10 ou 20€ à la fin du mois ! Où ça m’agace d’avoir une facture de gaz de 250€ dans ma boite au lettre le 6 du mois prélevée le 11 du même mois et que le service client est (soi-disant) en panne d’ordinateur (et donc injoignable) ! Où ça m’agace de m’entendre dire que si je veux payer 150€ en plusieurs fois, c’est à moi de faire opposition sur le prélèvement (ce qui, bien sûr, me coûte de l’argent) et d’envoyer les chèques de règlement ! Où ça m’agace de voir mes parents se faire du souci pour leur fils et lui verser de l’argent pour qu’il s’en sorte alors qu’eux-mêmes ne roulent pas sur l’or et ont des fins de mois difficile ! Où ça m’agace de voir des politiciens se pavaner et discourir sur les lois qu’ils feront adopter s’ils sont élus, ces mêmes lois complètement hors des problèmes réels de la vie des gens !

La trentaine, c’est un rêve mouvementé, où l’on peut lire l’indifférence des gens dans leurs regards, dans leur voix. C’est un rêve d’autonomie utopique. C’est la difficulté d’être seul. C’est l’envie de sortir avec un fusil pour enfin se faire entendre.

Car il faut être médiatisé aujourd’hui pour être écouté. Un tueur sera jugé et emprisonné, mais il pourra aussi avoir des spectacles gratuits de « stars » de la chanson, il pourra se former et passer des diplômes, il pourra écrire un livre sur sa vie et gagner beaucoup d’argent.

C’est aussi l’injustice et l’inégalité au quotidien. Je risque plus aujourd’hui à télécharger des films et de la musique qu’en volant une voiture et en tuant des enfants au cours de mon rodéo urbain.

L’ode à la trentaine heureuse est plutôt une mauvaise copie d’une mauvaise poésie d’un mauvais poète. Elle a le goût amer et est plutôt difficile à digérer.

 



Ziks

Des mix !

Je suis un passionné de musique(s) et, dans ce but, je réalise des petits mix.

Au départ, ces derniers m'étaient uniquement destinés. Puis, au fur et à mesure que des ami(e)s les écoutaient, ce passe-temps à pris de l'ampleur pour en arriver au niveau actuel.

Vous pouvez les retrouver ici :

http://zik.demezathor.fr

Vous pouvez écouter le dernier mix en date :

#135 – Soleil Mix
Style :

Contact

N'hésitez plus !

Merci !